Industrie 4.0 est arrivée ! Êtes-vous prêt pour la 4e révolution industrielle ?

« Just a revolution » chantaient les Beatles ?

Pourrait-on qualifier ainsi la 4e révolution industrielle ? Est-elle une révolution parmi tant d’autre ? Son rôle ne sera-t-il pas plus important qu’escompté ?

Une révolution industrielle 4.0 est-elle réellement en train de se produire ?

À y réfléchir, ne serait-il pas temps que cette quatrième révolution industrielle ne se mette en place ? Après tout, la première révolution industrielle a commencé en 1784, soit-il y a déjà près de 250 ans !

Et, dans les faits, ne trouvez-vous pas que les manières de travailler, les outils de travail et même les marchés ont changé ?

Suivons donc l’enseignement tiré des paroles de cette chanson : « Faites place à la révolution » (“So make way to start the revolution”)

Industrie 4.0 : Mettez à niveau votre version avant d’atteindre la version 4.1 !

En pratique, la 4e révolution industrielle, la fameuse industrie 4.0, est déjà bien présente, voir même une réalité pour les entreprises. Cependant, pour en profiter, les entreprises doivent se tenir actualisées.

Le Forum économique mondial a élaboré en 2016 un classement des pays selon leur compétitivité et notamment au regard de leur capacité à adopter des technologies. A la lecture de ce rapport, il apparaît que la France ne fait pas partie des pays les plus éveillés à cette nouvelle réalité.

Les pays pionniers à adopter l’industrie 4.0 sont les Emirats-Arabes-Unis, l’Irlande, Israël, la Suisse. La Finlande, la Suède, la Norvège, les États-Unis ressortent également parmi les pays les mieux classés. Qu’en est-il de la France ? Elle se classe à la 22ème position.

Sans être médiocre, ce classement de la France n’apporte cependant pas grande satisfaction.

La France et les entreprises acteurs du secteur privé doivent donc prendre les rennes de leur compétitivité et se diriger de manière plus concrète vers la 4e révolution industrielle !

Dans cet article, vous comprendrez ce qu’est la révolution industrielle 4.0 et à quoi ressemble un professionnel de l’industrie 4.0.

Nous vous présenterons également les opportunités générées par l’industrie 4.0 tout en vous apportant plus de détails sur les notions de cloud computing, d’intelligence des objets (IoT – Intelligence of Things), d’usines intelligentes, de systèmes cyber-physiques, d’analyses Big Data et de sécurité des données.

Vous avez envie d’être un acteur de cette révolution ?

Avant de continuer, jetez donc un coup d’œil à cette vidéo produite par Salesforce :

Mais, après tout, qu’est ce que la 4e révolution industrielle ?

Pour comprendre ce qu’est la 4e révolution industrielle, commençons tout d’abord par expliquer les précédentes.

Comme nous allons vous le présenter dans cette chronologie, ces quatre révolutions industrielles ont, en effet, progressivement généré un changement dans la manière de travailler, de produire, mais aussi de consommer.

La première révolution industrielle : la vapeur

Le métier à tisser mécanique et la machine à vapeur sont les véritables symboles de la première révolution industrielle.

En 1780, ces technologies ont révolutionné la production. C’est, en effet, le début de la production de masse qui se substitue au travail artisanal.

Les conséquences de ce changement ont été bien au-delà de ce à quoi l’on pouvait s’attendre. D’une part, cette mutation a accéléré la création d’emplois urbains poussant les populations rurales à s’installer dans les grandes villes.

D’autre part, ces technologies ont également bénéficié à l’agriculture dans laquelle de nombreuses améliorations ont permis d’intensifier la production de nourriture pour la population. Le même phénomène se rencontre dans le domaine des transports. Les personnes ont dorénavant la possibilité de se déplacer plus facilement en utilisant des trains et des bateaux à vapeur.

Tous ces facteurs ont entraîné un fort développement économique et une augmentation de la population mondiale.

La deuxième révolution industrielle : la combustion interne et l’électricité

Le slogan de la deuxième révolution industrielle était la production de masse !

Les technologies citées ci-dessus ont rapidement donné naissance à d’autres technologies, telles que le moteur à combustion interne, l’électricité et la chimie fine.

Grâce à ces dernières, à partir du milieu des années 1870, les avions et les automobiles sont devenus des éléments de la vie quotidienne. Les engrais chimiques ont permis à l’agriculture de s’intensifier rapidement. De nouveaux matériaux, tels que le plastique, sont apparus dans la production industrielle qui s’est elle aussi considérablement développée.

Enfin, la production est devenue plus agile et plus massive par l’utilisation de l’énergie électrique.

A toutes ces mutations s’ajoutent une nouvelle façon de produire : la chaîne de montage. Elle permet dorénavant une production en série et s’avère être un moyen efficace pour répondre aux demandes d’un marché de consommateurs en croissance constante et toujours plus avide de biens de consommation de l’époque, tels que, les radios, les automobiles, les appareils ménagers et les téléviseurs.

La troisième révolution industrielle : la numérisation

L’informatique, et tout particulièrement Internet, ont déclenché la troisième révolution industrielle.

Tout d’abord, sont apparus progressivement ce qu’on appelle les unités centrales. A l’époque, ces machines étaient énormes et pouvaient occuper tout l’étage d’un bâtiment. Ces ordinateurs, bien que colossaux, aidaient les entreprises à analyser des données et à effectuer des calculs complexes.

Le grand saut est survenu avec l’arrivée des circuits intégrés, des microprocesseurs et des ordinateurs personnels.

Ces machines, courantes de nos jours, que ce soit sous forme d’ordinateurs fixes ou d’appareils mobiles, sont associées à Internet et ont apporté une facilité d’accès aux informations jamais connue auparavant.

Par cette avancée, non seulement la vie des personnes, mais aussi la manière de travailler a changé de façon spectaculaire, apportant aux entreprises de toutes les branches une productivité bien supérieure et une grande capacité d’automatisation.

La 4e révolution industrielle : l’intelligence

La facilité d’accès à internet, dorénavant de portée mondiale et accessible sur quasiment tout le globe, a permis un saut technologique supplémentaire qui a initié le lancement de la quatrième révolution industrielle.

Le cloud computing est l’une des caractéristiques de l’industrie 4.0. Mais ce n’est que le début. D’autres facteurs, tels que l’intelligence artificielle, l’apprentissage automatique et l’Internet des objets, ont également permis de rendre de nombreuses informations accessibles en temps réel et influent ainsi sur notre travail et notre vie quotidienne en les rendant plus collaboratifs.

Les conséquences de l’utilisation de ces technologies ont, entre autres, accéléré la transformation des processus et l’émergence d’innovations.

En s’associant aux nouveaux matériaux et aux progrès de la biologie, la technologie issue de cette 4e révolution industrielle a même transformé l’homme lui-même, de jour en jour, plus connecté et associé aux machines.

Ces transformations vont au-delà du domaine du travail, de la production, de l’économie et de la vie personnelle. Elles affectent même positivement la manière de faire de la politique : il est en effet de plus en plus difficile de ne pas être informé de certains faits.

Découvrez cette infographie vous présentant chronologiquement les données les plus pertinentes de chacune de ces 4 révolutions industrielles.

[infographie]

Comment sera le professionnel de l’industrie 4.0 ?

Êtes-vous convaincu que la révolution industrielle 4.0 entraînera une transformation de la manière de travailler ?

Il n’est pas permis d’en douter, l’industrie 4.0 apportera certainement de nouvelles méthodes de travail, des changements dans le profil des professionnels qui devront dorénavant posséder de nouvelles compétences pour exceller sur le marché.

Selon d’autres données du Forum économique mondial, il existe même des facteurs qui influencent l’industrie 4.0 et impacteront la manière de travailler.

Parmi ceux-ci, on peut citer des facteurs démographiques et socio-économiques, tels que la flexibilité du travail, la montée de la classe moyenne dans les marchés émergents, le changement climatique et l’instabilité politique.

Ces facteurs s’ajoutent donc aux facteurs technologiques cités par l’enquête qui incluent déjà l’internet mobile, le cloud computing, le Big Data, les nouvelles sources d’énergie et l’Internet des objets.

Voici ces facteurs identifiés dans le rapport du Forum économique mondial :

Dans ce contexte, les professionnels devront s’adapter à un nouveau scénario, à la fois technologique et social. Ils devront, pour cela, développer de nouvelles compétences et attitudes.

Le rapport du Forum économique mondial sur l’avenir de l’emploi va plus loin et nous liste les compétences des professionnels qui seront le plus recherchées d’ici quelques années.

Voyez-vous-même, cette comparaison des compétences recherchées sur le marché de l’emploi en 2015 et celles qui le seront en 2020 :

Comme vous pouvez le constater, des compétences telles que la résolution de problèmes complexes, l’esprit critique, la créativité et le management de personnes figurent parmi les premières de la liste.

En effet, beaucoup de tâches répétitives ne nécessitant ni prise de décision complexe ni de compréhension particulière des sentiments d’un individu seront automatisées.

Ainsi, les professionnels de l’industrie 4.0 devront développer des compétences qui impliquent ce type de relation, mais également et, avant tout, un esprit critique, c’est-à-dire une éthique face aux conséquences de leurs actions.

Pour l’instant, aucune technologie ne s’est développée de manière satisfaisante.

Ainsi, au lieu de transformer les personnes en robot ou en simple assistant aux machines, comme beaucoup le redoutent, le professionnel évoluant sous l’industrie 4.0 ressemblera plus à un individu capable de communiquer avec ses collègues, de coordonner ses équipes, de comprendre le travail des autres et leur manière de penser. Il sera aussi exercé à prendre des décisions avec une vision plus générale et à long terme.

Quelles sont les opportunités générées par l’industrie 4.0 ?

La transformation numérique est l’une des conséquences de la quatrième révolution industrielle. Mais elle ne doit pas y être assimilée.

Nous pouvons, en effet, affirmer que la transformation numérique identifie des opportunités d’innovation technologique employées dans l’industrie 4.0 pour améliorer les processus, les modèles commerciaux, les produits, les services et générer des mutations dans la manière de travailler.

Ainsi, diverses technologies ont été présentées comme des opportunités tirées de la 4e révolution industrielle.

En savoir plus sur notre blog : La transformation digitale en entreprise : qui doit la soutenir et qui doit y participer ?

Le Cloud Computing

Le cloud computing est déjà grandement utilisé et a créé de nouvelles formes d’activité.

Prenez les entreprises fonctionnant en mode SaaS par exemple. Aujourd’hui, vous ne téléchargez plus de logiciel à installer sur votre ordinateur. Ce logiciel est dorénavant disponible en ligne moyennant le paiement d’un forfait souvent mensuel. Il est même accessible quelle que soit votre localisation ou celle de vos collaborateurs.

Des entreprises disruptives telles que Uber et AirBnB n’existeraient pas sans le cloud computing.

En savoir plus : Innovation disruptive, encore un exemple de mot à la mode ?

Votre entreprise profite-t-elle déjà des opportunités générées par le cloud computing ?

Répondez à ce sondage :

Votre entreprise a-t-elle déjà adopté le cloud computing ?

L’IoT : l’intelligence des choses

Les choses peuvent-elles être intelligentes ? Eh bien, si les objets peuvent vous aider à collecter des informations pertinentes, aider à une prise de décision habile et à l’automatisation des processus, alors oui une chose peut être intelligente !

Les habits et accessoires, c’est-à-dire par exemple les vêtements, les chaussures et les montres, une fois portés, peuvent dorénavant transmettre des informations sur votre emplacement, votre vitesse de déplacement ou toutes autres données encore plus spécifiques telles que votre pression artérielle et votre rythme cardiaque.

Grâce à ces informations, vous pourrez alerter votre médecin en cas de malaise ou, dans un tout autre registre, il est possible de diffuser une annonce sur votre téléphone portable au moment où, en faisant vos courses au supermarché, vous passez devant un produit que vous avez cherché sur Internet plusieurs jours auparavant.

L’IoT, acronyme anglais de l’expression Intelligence of Things, est étroitement lié aux systèmes cyber-physiques (CPS). Les systèmes cyber-physiques intègrent le monde réel au cyberespace. Ainsi, il est possible d’intégrer un système sémaphore au logiciel de gestion du trafic d’une ville, par exemple.

De cette manière, « l’intelligence des choses » va bien au-delà des technologies vestimentaires et intègre, entre autres, les entreprises, les usines et les produits.

Les capteurs dans les appareils ménagers vous permettent déjà de passer des commandes automatisées auprès de vos commerçants ou encore d’ouvrir votre porte de garage et d’allumer la climatisation de votre maison sur la température le plus adéquate lorsque votre voiture se signale dans un périmètre proche de votre domicile.

Cela marche également pour les entreprises, l’IoT les aide à sélectionner des marchandises, à suivre l’inventaire, à suivre les commandes, à contrôler l’efficacité des processus, etc.

L’analyse Big data

L’analyse Big data est un terme devenu populaire pour désigner la capacité de collecter, de stocker et d’analyser rapidement une énorme quantité de données.

Il est important de rappeler que ces données ne sont souvent pas structurées, ce qui nécessite un effort analytique plus important. Ainsi, des algorithmes spécifiques sont créés pour analyser ces données. En effet, comme c’était le cas auparavant avec la collecte de données traditionnelle, aucun individu ne pourrait ici y parvenir seul.

L’analyse Big Data se base sur 5 piliers, appelés les 5 V du Big Data :

  • Volume : de part l’énorme quantité de données traitées
  • Vitesse : les données arrivent en effet de plus en plus vite
  • Variété : les données sont d’origines multiples et apportent des informations très riches et diversifiées
  • Véracité : la nécessité d’analyser soigneusement les données et d’utiliser des mécanismes pour identifier et séparer les données auxquelles il n’est pas possible de se fier, telles que les fameuses fake-news.
  • Valeur : l’exigence de qualité; il est, en effet, inutile d’avoir accès à d’énormes quantités d’informations si elles ne peuvent en aucun cas générer de la valeur pour l’entreprise.

Usines intelligentes

L’automatisation est née à la fin de la troisième révolution industrielle, mais est également fortement présente dans l’industrie 4.0. On retrouve cette automatisation au sein des usines intelligentes, mais pas seulement.

Les usines intelligentes utilisent en effet la convergence des technologies fournies par la 4e révolution industrielle pour devenir plus productives et mieux répondre aux besoins de leurs clients.

Embraer est un exemple de réussite d’usine intelligente. Embraer a développé un modèle permettant de détecter les erreurs d’aéronefs avant le décollage. Auparavant, de nombreuses erreurs n’étaient découvertes que pendant un vol.  Embraer a donc permis de réaliser d’énormes gains de productivité, d’économies de coûts et de diminuer les risques.

AVERTISSEMENT : comment la sécurité des données reste-t-elle dans l’industrie 4.0 ?

Si la quantité et la pertinence des informations augmentent, la sécurité doit être accrue.

En fait, avec la convergence technologique, de nombreuses innovations ont déjà inclus la sécurité des données dans leurs spécifications et fonctionnalités.

C’est le cas du cloud computing, où les serveurs sont distants, mais sont gérés par des géants de la technologie habitués à travailler dans des environnements sécurisés et qui répondent à tous les protocoles de sécurité.

De plus, les procédures de sécurité des données prennent dorénavant différentes formes qui peuvent même se cumuler. En effet, la reconnaissance vocale, la reconnaissance de la rétine, les modèles de frappe, la lecture numérique, la reconnaissance faciale et la géométrie de la main ne sont que quelques-unes des fonctionnalités de sécurité disponibles.

Les protocoles de double authentification sont de plus en plus courants et s’associent à des systèmes de tokens accessible en ligne, de clés d’accès ou de cryptage des données.

Waouh ! Cela fait beaucoup d’informations en rapport l’industrie 4.0, n’est-ce pas ?

Cependant, prenez encore un peu de temps pour regarder cette vidéo. Amusante et didactique, elle contient de nombreuses informations intéressantes sur la 4e révolution industrielle :

La 4e révolution industrielle est-elle déjà présente dans votre entreprise ?

L’industrie 4.0 est-elle déjà une réalité pour vous et votre entreprise ?

Avez-vous adopté certaines des technologies mentionnées ci-dessus ? Quels en sont les résultats ? Selon vous, quels changements vont s’opérer sur la manière de travailler ? Quelles sont les opportunités générées par l’industrie 4.0 que vous utilisez déjà ?

Laissez nous un commentaire et aidez-nous à enrichir les échanges sur ce sujet !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous devez remplir ce champ
Vous devez remplir ce champ
Veuillez saisir une adresse de messagerie valide.

Menu