Le processus de prise de décision dans les organisations : rationnel et intuitif

Le processus de prise de décision dans les organisations ne suit pas toujours une méthodologie normalisée ou une modélisation des processus rigide et défini avec précision.

Cette incohérence méthodologique (et pourtant de processus) se produit à un degré chaque fois plus grand, conforme augmente le niveau hiérarchique du preneur de décision.

Et il est facile de comprendre la raison de cela !

Toute personne qui doit prendre une décision dans une organisation ou dans sa vie personnelle, doit tenir compte de deux aspects :

  • Les aspects rationnels et analytiques
  • Les aspects émotionnels et le caractère individuel

Sans oublier la bonne vieille intuition, qui vient biaiser l’aspect émotionnel, mais que certains savent très bien s’en servir et avec des résultats brillants ; et d’autres, pas vraiment.

En tenant compte de ces 2 aspects, la personne qui se trouve devant un processus de prise de décision dans les organisations subit encore la pression d’un troisième facteur : le temps.

Comme le disait déjà cette ancienne expression:

«  La pire décision de toutes est celle que l’on n’a pas prise ».

Cependant, en même temps que le niveau hiérarchique augmente, les caractéristiques psychologiques et de personnalité du leader, sa confiance en soi et son expérience peuvent faire pencher la balance vers les aspects émotionnels et de caractère, avec une bonne dose d’intuition, surtout s’il n’a pas assez de temps pour analyser les informations de manière objective ou s’il n’est pas suffisamment bien informé par ses équipes ou un système d’information robuste.

Dans ce contexte, les 4 types de personnalité (que le modèle de test de personnalité MBTI, mis au point durant la seconde guerre mondiale, a étendu à 16) influencent souvent fortement le processus de prise de décision dans les entreprises.

 

Types de personnalité :

Les Analystes : assurance faible et faible émotivité.


ARCHITECTE
Penseurs imaginatifs et stratèges, avec un plan pour tout

LOGICIEN
Inventeurs innovateurs dotés d’une soif inextinguible de connaissances.

COMMANDANT
Leaders hardis, imaginatifs et dotés d’un fort caractère, qui trouvent toujours un moyen d’arriver à leurs fins, ou le créant.
INNOVATEUR
Penseurs astucieux et curieux incapables de résister à un défi intellectuel.

Les Sentinelles : assuré et contrôlé.


LOGISTICIEN
Individus pragmatiques et intéressés par les faits, dont le sérieux ne saurait être mis en cause.

DÉFENSEUR
Protecteurs très dédiés et très chaleureux, toujours prêts à défendre ceux qu’ils aiment.

DIRECTEUR
Excellents gestionnaires, d’une efficacité inégalée quand il s’agit de gérer des choses, ou les gens.

CONSUL
Personnes extraordinairement bien attentionnées, sociables et populaires, toujours prêtes à aider les autres.

Les Diplomates : émotifs et avec peu d’assurance.


AVOCAT
Idéalistes calmes et pourtant très inspirants et infatigables.

MÉDIATEUR
Personnes poétiques, gentilles et altruistes qui sont toujours prêtes à soutenir une bonne cause.

PROTAGONISTE
Leaders charismatiques et inspirants, capables de fasciner leur public.

INSPIRATEUR
Esprits libres enthousiastes, créatifs et sociables, qui arrivent toujours à trouver une raison de sourire.

Les Explorateurs : assertif et émotif.


VIRTUOSE
Expérimentateurs hardis et pragmatiques, maîtres de toutes sortes d’outils.

AVENTURIER
Artistes flexibles et charmants, toujours prêts à explorer et à essayer quelque chose de nouveau.

ENTREPRENEUR
Personnes astucieuses, énergiques et très perspicaces, qui aiment vraiment vivre à la pointe du progrès.

AMUSEUR
Amuseurs spontanés, énergiques et enthousiastes ; avec eux on ne s’ennuie jamais.

Source : 16 personnalities. Faites votre test de personnalité !

Il n’existe pas un style de personnalité idéale pour le décideur, cela dépendra de la position, des valeurs, de la culture et même du moment dans lequel l’organisation se trouve.

C’est pour cette raison que les organisations tentent de plus en plus d’améliorer la modélisation de leurs processus  d’intelligence  et de sélection de leaders, à la recherche de la meilleure performance dans deux facteurs clés pour le processus de prise de décisions dans les organisations :

  • Les dirigeants prêts à prendre des décisions à risque à l’aide de facteurs émotionnels et de personnalité avec responsabilité et prudence.
  • Systèmes d’information qui fournissent une plus grande agilité, fiabilité et précision dans l’aide des processus de prise de décision dans les organisations.

À l’autre bout de la chaîne hiérarchique, il y a les règles d’entreprise. Ces politiques et procédures normalisées dans les flux de processus qui définissent les écarts au moyen de règles simples.

Plus le niveau hiérarchique est bas, plus les règles de business devraient aider dans le processus de prise de décision dans les organisations. Ce sujet commence à prendre tant d’importance qu’une norme spécifique a été créée, le DMN Decision Modeling with Business Rules.

Si vous souhaitez en savoir plus sur ce sujet consultez le livre de Bruce Silver :

Livre : DMN Method & Style – Bruce Silver

Pour comprendre un peu mieux comment cela fonctionne, nous allons jeter un coup d’œil à l’un des auteurs qui ont étudié le processus de prise de décision dans les entreprises, Herbert Simon, et comment il a structuré son analyse à ce sujet.

Le processus de prise de décision dans les organisations selon Herbert Simon

Selon ce prix Nobel et professeur de la Carnegie Mellon University, le processus de prise de décision dans les organisations comporte 3 phases :

  1. Prospection : analyse du problème
  2. Conception : créer des alternatives de solution
  3. Décision : jugement et choix de l’une des alternatives

Simon est d’avis que l’aspect rationnel est limité afin d’optimiser le choix de la solution. Ce qu’on doit chercher, ce n’est pas la solution idéale, mais la solution la plus satisfaisante, qui met en évidence, en quelques sortes, la nécessité de prendre en compte l’aspect émotionnel dans le processus de prise de décision organisationnelle.

En outre, Simon classifie des décisions entrepreneuriales en 3 types :

  1. Décisions programmées: répétitives et routinières, peuvent être la cible d’automatisation des processus métiers
  2. Décisions non-programmées: celles dont le décideur doit utiliser sa capacité de jugement, d’intuition et de créativité
  3. Décisions semi-programmées: un mix des deux, où il devrait avoir un support de la part des systèmes d’information et de la capacité de jugement du décideur, son expérience et sa compréhension du contexte

Quel que soit le type de processus de prise de décision dans les organisations, le fait est qu’un tableau de bord de gestion peut aider dans le suivi des processus métiers.

 

En outre, des techniques, telles que l’analyse SWOT, le Diagramme d’Ishikawa, la Matrice BCG et la Matrice d’Eisenhower peuvent aider les dirigeants dans la prise de décision organisationnelle.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous devez remplir ce champ
Vous devez remplir ce champ
Veuillez saisir une adresse de messagerie valide.

Menu